Marianne pleure ses enfants / Fragment poétique de Diana Skrapari

Fragment poétique de Diana Skrapari
 
 
Marianne pleure ses enfants
 
Cette nuit de vendredi,
Les cloches ont sonné,
Emportant avec elles,
Des rêves brisés.
Paris s’est assombri,
La folie humaine a frappé,
Dieu est amour,
Pourquoi la haine,
Sa graine a semé ?!…
Marianne pleure ses enfants,
Avec les larmes d’une mère,
Les larmes de tristesse
De son corps,
Les larmes d’amertume
De son âme.
Marianne a passé des nuits,
Sans sommeil,
Quand ils étaient petits,
Pleurant la nuit,
Elle les prenait
Dans ses bras,
Les rassurant que
Le cauchemar était fini,
Qu’ils ne s’inquiètent pas,
Maman chérie était là.
Marianne, reine digne,
Mère courage,
Même les tempêtes
De l’histoire,
Ne t’ont pas agenouillée,
T’es restée forte,
Ta gloire a atteint les sommets.
Marianne pleure ses enfants,
Qui rêvaient d’être
Son bras droit,
Elle s’est battue
Pour les élever,
Faire d’eux,
Des citoyens dignes,
Gravant dans leurs cœurs,
Trois valeurs
De l’humanité,
Liberté, égalité, fraternité.
Mais la haine
Rend aveugle,
L’âme s’obscurcit,
La raison cherche
Une lumière,
Mais en vain,
Elle se perd,
Dans l’obscurité,
Il n’y a aucune survie.
Marianne,
La bonté,
C’est l’auréole
De ton âme,
Terre accueillante,
Terre d’espoir.
Marianne,
T’as ouvert les bras,
À ceux qui
Cherchaient la liberté,
À ceux qui
Voulaient vivre en paix.
Marianne pleure ses enfants,
Qui voulaient juste
Vivre leurs vies,
Des fleurs printanières,
Par des balles meurtrières,
Sont fanées, ont péri.
Cette nuit de vendredi,
Quelqu’un a attendu
Renter à la maison,
Un frère, une sœur, un ami,
Une mère, un père, une amie,
Un cousin, une cousine, une vie.
Leurs yeux ont fixé
Longtemps la porte,
Priant d’écouter
Une sonnerie,
L’attente était infinie,
Ils sont devenus
Des Anges,
Ils sont partis…
Marianne pleure ses enfants,
Elle ne peut pas croire
Qu’ils ne sont plus là,
Imaginant qu’ils vont
Revenir d’un long voyage,
Dans sa tête,
Elle entend encore
Leurs voix.
Un ange s’approche
Lentement d’elle,
Il lui essuie
Ses larmes de cœur,
Il l’embrasse
Avec ses ailes,
Et lui dit doucement
– Maman, ma jolie maman,
Ne pleure pas,
Je ne voulais pas
Te quitter,
Mais le Mal
M’a éloigné de toi,
Sois forte,
Maman chérie,
Je suis ton ange gardien,
Veillant sur Toi,
Du Paradis.
Je t’aime, Maman chérie !
Merci,
Pour tout ce que
Tu m’as donné,
Sur terre,
Quand j’étais en vie.
Maintenant,
Je suis un ange,
Mais la Marseillaise,
Encore
Dans ma tête résonne.
Pour l’éternité,
Mon cœur, Pour Toi, Battra,
Le drapeau tricolore,
Sur mon âme
S’hissera.
Je t’aime, maman chérie,
Ne pleure pas !…

Poezi nga Elida Rusta

Poezi nga Elida Rusta

 

***

Nuk di në cilën lëndinë lulesh mbiva,
as sa herë kalove andej.
Nën bli sot s’mbeti asgjë.
Nget,vrapon ikja jote e zbehtë,
me avujt e frymës së fildishtë,
mbi ne e mbi ándrra.
Humbasin sërish e sërish,
një natë,dy,tre…
Sillet rreth meje fundi i një vjershe,
shemben rreshtat
në motin e shkuem të syve thëngjijbardhë.
Ju thashë!
Ju thashë mos më nxirni këtij bregu,
njeriu modern ásht pa ujë,
shembet e ngrihet mbi ardhje-ikje,
vyshket e çil si lulet mbi eshtra.
E kam njoftë fundin e këtij shtegu…
S’ásht má humnerë,
ásht dënim i merituem
i nji shpirti t’ndjeshëm
që rritet pas çdo mëkati.

 

***

Akull ky vend,
akull në vena e mendje.
Shoh zjermin tém kah digjet.
Koha e malli
ranë mbi gjethet e këtij dimni t’vram vetmie.
As janari s’ma hek ma t’lodhtin,
padurimi gjen veten n’humnerë.
S’ish punë flirtesh!
Nji dashni m’u desh,
me i zgjat frymën vetes.
U zhyta n’gjoksin e tij
tuj ngashëry,
me ja bá kristalet e mermerta t’zemrës
t’langshme
me nji pikë prej lotit tém,
se dashninë s’mund ta báj t’pakénun.
Ej burim që veç etje m’dhé,
e shoh shpirtin e nuk e njoh.
A asht gjallë,
a ka veç dhimbje e trup..
Ani,m’ka ardh rradha me vuejt
le t’vuej,t’vuej se jam gjallë.
Nji kupë pezmi e ngré
e strukem nën nji palë krahë
që m’fusin në strehën e së bukurës,
m’i shembin vransinat.
Djersë me bulëza dashnie dalin prej zjermisë…
Janë nji palë krahë
që nuk masin me pasion.
As gjykojnë,as peshojnë,
i jepen çmendurisë.
E kam veten plot me to.
I hipi Pegasit të lumturisë,
i zvarritem n’shpirt,
e mbaj te vetja,
ndërrohena në lëkurë,
se dashnia ásht shkámb si unë,
ia kam ndalu vdekjen…