Andreia Tavares de Sousa (CAPE-VERDE)

Andreia Tavares de Sousa

Je suis Andreia Tavares de Sousa, cap-verdienne vivant en France pour l’amour de la langue française depuis 2005. Je trouve mon inspiration dans la nostalgie de mon île qui m’est si chère. La poèsie est le genre littéraire majeur au Cap-Vert.  Concernant la poèsie, j’ai eu l’honneur de lire mes poèmes lors des 40 ans de l’indépendance du Cap-vert en juillet 2015 en présence de Madame l’Ambassadeur. Je fais aussi partie d’un groupe de poètes en ligne : Versus na Kriolu depuis 2016, mes poèmes sont régulièrement publiés sur le site Santiago magazine qui est un webzine de référence au Cap-Vert et pour la diaspora.  En avril 2019, j’ai gagné le concours de poèsie du centre culturel Camoes de Mindelo au Cap-vert.  Et mes poèmes sont régulièrement lus sur Radio Morabeza de Mindelo  et RCV la radio du Cap-vert.  Je suis écrivain, auteur de deux anthologies  ( poetas para o ano II en 2019 et mulheres e os seus destinos) actuellement je prépare un livre de poésie avec 100 poèmes, en creole du Cap-Vert.  De plus j’ai également un livre pour les enfants, avec les comptines traditionnelles du Cap-Vert en préparation.

 

Poèmes de Andreia Tavares de Sousa

 

Je viens de loin
 
Là où le soleil embrasse avec ferveur mes yeux tristes de larmes
Là où la tristesse du vent pleure la solitude des montagnes
Là où la pluie verse l’image de mon village
Si vous passez un jour, sur ma plage endormie
Regardez sans parler
Laissez reposer ma tristesse infinie
 
Je viens d’un pays qui n’est pas vert
Là ou le sol assoiffé boit le divin liquide
Là où les oiseaux de mers chantent des mélodies inédites
Pourquoi ai- je en moi cette nostalgie ?
Pourquoi porter cette lourde croix pleine de mélancolie ?
 
Fascinée par l’émigration
Piégée par l’illusion
Dans mon cœur résonne
Fortement les émotions que je ressens
 
Avec l’espoir d’avoir une vie meilleure
J’ai laissé ma famille et mes amis
Mon petit pays, sur mon visage sombre posent les regrets
 
Je suis l’enfant du rocher
Celui que le vent de l’ouest a jeté à la mer
La mer d’espérance, de la terre lointaine
Dans la nuit de claire de lune
J’ai envie de crier
Ce désespoir de l’envie de partir alors qu’il faut rester
Là où je suis née j’aimerai être enterré
Et j’aurai dans mes yeux le mirage d’autres paysages.
 
 
 
Femme
 
Tu es si belle et si jolie
Tu es l’étoile de la nuit
Tu es la source de la vie
Au regard tendre de poésie
 
Femme
Tu es celle qui danse avec le vent et la pluie
Le jour et la nuit
Aux bras ouverts au milieu du vent
Au grand cœur comme l’océan
 
Femme
Ta peau douce caresse le soleil
Tu gravis de tes propres forces les montagnes
Tes yeux dans les vagues
Pleurent à chaudes larmes
 
Oh femme
Tu es un fleuve d’émotion
Avec ton sourire sage et innocent
Tu as un air serein et une pure bonté
Tu es la beauté céleste et divine.
 
 
 
Le printemps noir
 
Le printemps perd son odeur
Je ne vois que la tristesse et la peur
Sous un ciel pâle et chagrin
Des êtres s’endorment dans un rêve sans fin
 
Une atmosphère triste et obscure
Des cris, des pleures, et des murmures
Des craintes et des terreurs enflamment
La douleur dessine mon esprit et mon âme
 
Dans les ténèbres des hôpitaux
Un long voyage vers l’éternel tombeau
Une malédiction ce poison noir
Un cruel destin ce cauchemar
 
Je ne vois que l’infini
Qui ferme les frontières et les pays
Je garderai un souvenir amère
Une douleur qui monte comme la mer
 
Les Dieux ont disparu en une vague
Les villes et les ruelles sont calmes
Beaucoup de choses inconnues il me semble
Le chant des oiseaux brise le silence
 
La nature témoigne l’odeur de la santé
La douce chaleur des nuits apaisées
Les étoiles suivent ce rythme lent et doux
La mère lune prie et nous salue

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s