Poème de Caroline Laurent Turunç

 
Poème de Caroline Laurent Turunç
 
 
***
 
Je veux pleurer comme un enfant
Jusqu’à ce que mes racines soient mouillées
Et laisser les rivières couler dans les ruisseaux
Je peux toucher la pelle légèrement jusqu’à l’aube
Laisser la rivière qui coule à travers mes yeux vous soulever
 
Alors que l’automne veut sourire
La feuille tremble, vous tombez dans mes yeux
C’est comme s’ils sirotaient mon sang goutte par goutte
Comme manger de la saleté en buvant de la boue
Les vagues du Golfe sont plus calmes que mes yeux
 
O les Irakiens qui nous ignorent
Ma voix résonne dans les profondeurs de l’océan
Les vagues se brisent à chaque cri de demain
La tristesse à pleurer comme un hoquet dans ma voix?
Comme ceux qui saupoudrent leurs os dans le sable et se réjouissent à mort.
 
O la foudre brille sur les montagnes de L’Irak
Avec des meules, leur peau est versée dans les rivières
Fleurs rouges jaunes et leur peau nue
Fleurs poussant avec de la rosée au fond des profondeurs
Les serpents autour de vous boivent de l’essence de miel
L’os sec restant et la honte grandissant dans les montagnes
Et quand je vois ceux qui assombrissent le monde, je veux pleurer comme si la pluie fondait
 
28/01/2021 Paris
 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s