Poèmes de Agron Shele / Traduit en français par Mirela Leka Xhava

 
Poèmes de Agron Shele
 
 
Tu peux attendre
(Conversation avec Gabriel García Marquez)
 
Tu peux attendre 100 ans de solitude ne sont pas un peu,
mais ni beaucoup
si tu penses l’amour au temps du choléra
où un corps s’étire jusqu’à la nouvelle attente
l’autre monde recueille les derniers péchés.
 
Tu peux attendre
100 ans de solitude ne sont pas beaucoup,
si tu vas avec le bâton tordu le chemin du cimetière
et là laisse ton âme être prise en otage.
 
Tu peux attendre
Les cygnes de Lorca reviendront un jour
eux dans leur nouveau printemps
tandis que Les cygnes de Lorca reviendront un jour
eux dans leur nouveau printemps
tandis que toi assiste à la messe dominicale du Christ !
 
 
Vaguement
 
Il ne peut pas s’effondrer cet édifice à l’esprit
qui s’élevait si majestueusement !
et tout, versé sous une pluie de marbre
dans le corps
dans l’âme
aux yeux d’ivoire.
 
 
Dans les moments de * Dieu
 
Nous luttons souvent pour ne pas défaire
cachons les instincts de la bête en sept peaux
rions quand le chaos de la destruction
réside dans le corps et l’âme de la diplomatie.
 
N’avez-vous pas ressenti les guerres mondiales
venir de la naissance pour la domination
marcher sur des corps et des vies
comme le seul signe de triomphe
et derrière les ailes s’élèvent des ruines entières
des vies perdues, de toute façon
la faux de récolte a oublié les épines
se précipite sans pitié sur les femmes et les enfants
après la paix établie on oublie ce qui s’est passé
le nouveau moderne n’a pas le temps de se souvenir
pourquoi le bébé est mort au berceau
et l’est n’a jamais vu l’espoir de la résurrection.
 
Voici, la civilisation a levé le rideau de fer
conçu le meilleur demain d’elle-même
et le moment effrayant a dissipé les nuages
le ciel s’est dégagé et aucun nuage n’est resté
le soleil brillait plus à l’aube
tandis que la nuit réveillait un autre cauchemar et cri.
 
Je l’écris pour *Vous,qu’avez oubliez les orages d’hiver à la veille, et le printemps éteint, sous-terre réveillé, sans paix, sans tranquillité
Angel * Gabriel qui aime la stabilité,
pour faire taire le cortex, même pour une seconde
puis le sang versé nous transforme en démons.
 
… et regardez ces visages,
le psaume du pardon
journée de prière
du meurtre nocturne;
les fakirs de Dieu
pense qu’ils se sont échappés
la boue que vous as créé, plus l’avez miettée
le paradoxe de l’épopée, la prochaine élégie
célébrer la grandeur, et le lendemain séchez les larmes.
 
Chacun à son tour, évidemment le moment viendra pour argent et or,et les même chiffons automne ou hiver
* Hadès vous attend
vous qui’ êtes caché dans des châteaux d’ivoire,
vous avez payé * carême
que tu nettoierais le corps
le corps de la honte et la honte du péché
allé jusqu’au bout, la malédiction du Christ.
 
* La malédiction du Christ – c’est certain !
 
 
Mirela
 
 
Traduit en français par Mirela Leka Xhava
 
 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s