Poèmes de Dr. M. Mohammed Siraj

 
Poèmes de Dr. M. Mohammed Siraj
 
 
Les pensées du matin
 
Chéri,
réjouissez vous un peu de la nuit,
avant de dormir,
les choses qui montrent,
on ne sait quoi pour toujours,
sans souvenir de la nuit,
il n’y a pas de quoi,
dans la matinée,
l’ombre des choses, des objets,
sans pensée,
du matin,
qu-est ce qu’il y a?
réaliser
 
 
SON SOMMEIL
 
La fatigue qu’elle a,
est comme un garde de nuit,
avec les os gelés,
dans le brouillard,
avec son couvre lit en laine,
pour un peu de chaleur,
elle embrasse des rêves tendres,
elle regarde,
dans un grand désir,
l’arbre qu’elle a planté,
il a poussé,
ses feuilles dans leur bruissements,
ruisselantes et qui tombent,
elle se sensibilise,
coulant quand même en pleine nuit,
le matin va se lever avec ses rayons,
elle regarde de ses yeux qui brillent,
comme le mouvement rapide du serpent,
le rideau de la fenêtres,
bougeant dans le vent,
elle dodeline et souffle,
le tonnerre est arrivé,
demain,
l’annonce à la Météo est arrivée,
comme il y aura une tempête,
suivi d’un printemps agréable,
c’est le centre de la grande pluie,
cette chambre n’est pas si silencieuse,
comme un chat attendant son lait
pour boire d’un grand désir,
la poitrine qui gonfle,
montante et descendante,
pour elle un prince peut arriver,
et murmurer à son oreille,
la nuit a jaunie aux couleurs du crépuscule,
en or dans la beauté,
elle a une beauté exceptionnelle,
cette princesse,
c’est toi,
passé la jeunesse,
cette princesse,
la fleur du printemps,
elle fleurira,
pour elle.
 
 
CE N’EST PAS PLUS INTIME QUE L’AMOUR
 
Jusqu’à hier,
la priorité de l’homme,
qui restait, c’était l’amour..
Sur cette terre chaleureuse,
quelque fois tombe,
la pluie,
c’est l’amour qui apaise notre pays.
sur les changements,
ce sont les petites herbes,
de la confiance,
qui poussent,
mais vous vous haïssez,
les racines de l’arbre,
que vous coupez,
comme un jardinier pressé,
les plantes qui poussent seules,
vous en coupez les branches et les jettez,
les fleurs,
les pollens,
le miel de l’abeille,
ont-ils des castes et religions?
C’est très intime l’amour,
mais vous ne vous faite pas monter
sur un palanquin,
et faites comme une grande nouvelle.
Le temps de civilisation existe,
depuis en ce moment,
existe notre amour,
au nom de la religion,
ne le faites pas mourir!!!!
 
 
LE SOLEIL DE LA PLUIE
 
Sur la corde,
les vêtements ne sont pas secs
l’endroit où je place mes pieds,
a des insectes,
même si en un jour,
cela sèche,
c’est assez.
la chaleur reste encore,
dans le couvre lit,
après le réveil,
juste pour regarder,
lentement se sécher,
un baiser sur le front,
arrivé à l’entrée de la maison,
avec vivacité,
dans la réjouissance,
un arbre,
au moment de dessiner
l’entrée de la maison,
de goutelettes sur les feuilles,
même si elles sont sèches,
pour la mousson,
la pluie du soleil,
il y’a quelque chose
qui reste mouillé!!!!
le KOLLAM et sa poudre de farine!!!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s