Poèmes de Dr. M. Mohammed Siraj

 
Poèmes de Dr. M. Mohammed Siraj
 
 
LES BRUITS DES VAGUES DISSOUTES
 
Toujours s’écrasant,
donnant des bruits,
les vagues,
donnent le bruit des bords de quai,
les vagues et leurs bruits,
sont la voix d’un avertissement,
un père sera dissous,
la voix d’une mère qu’on affectione,
dont les larmes seront dissoutes,
comme un cadna qui ne ferme pas,
la porte de derrière,
la mer s’est polluée,
en regardant l’amour!!!!!
 
 
 
FAIRE LE CERF -VOLANT
 
Les enfants des rues,
m’ont demandé
de leur faire un cerf-volant,
sans dire un mot,
je leur en ai fait un
en forme de coeur,
symbole de l’amour,
je leur ai envoyé,
voyant quand-meme,
un démon parmi eux,
n’ayant pas révélé le message,
que ce cerf-volant a été fait par moi,
les enfants qui sont dans la rue
sont en périls,
en danger mais au moins,
tu y fais attention!!!
 
 
 
LA MORT DANS UNE GRANDE DOULEUR
 
Sur la tête de chacun,
Qu’a bénit l’éléphant avec sa trompe,
bénédictions rendues aux dévots,
par les éléphants,
avec les vieux de la grande forêt.
au moment d’avoir faim,
l’éléphant entre en ville,
avec le filet d’un pneu gonflé,
ramassé avec le feu,
le grande forêt est devenue instable,
par un acte brutal et imbécile,
au moment de mettre,
l’animal mort sur le camion,
la forêt est perturbée,
les nerfs de la mort,
sont coupées,
l’odeur de l’Homme,
est sentie avec lamentations,
la trompe qui reste avec l’ivoire,
est suspendue dans le camion.
 
(cette acte brutal de tuer un éléphant est fait par des contrebandiers pour voler l’ivoire)
 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s