Poèmes de Dr. M. Mohammed Siraj

 
Poèmes de Dr. M. Mohammed Siraj
 
 
LE SOURIRE DE LA LUNE
 
L’Odeur du jasmin,
souffle a travers,
le vent et fait
entrer l’odeur
dans le nez.
les vagues dec la mer,
qui coule vient toucher et mouiller,
mes jambes,
demandent a ma bien-etre.
fait un tour,
autour, la pleine lune,
la beaute de la pleine lune
passe tout pres de mon visage!!!
sur le ciel
en bas qui brillentles deux etoiles,
descend en bas, en bas et cligne les yeux.
cachant quelque part,
le fleiur du jasmin,
et le son du petale
qui applauidit,
est ecoutee pr les oreilles,
pensant que je nai pas aprecues
sans un bruit,
mes vers sont venue
est assise ecouter,
attentivement avecc ses ioreilles.
moi et elle, (la lune)
ont parle
sans cesse!!!
vers moi et assise
 
 
LE SYSTÈME DE CASTE PRÉCÉDANT LA RELIGION
 
Le sang qui coule en toi,
le sang qui coule en moi,
est de la même couleur,
est ce que l’âme
peut le refuser?
 
Dans le ciel,
sur la terre,
on écoute une même voix,
est ce qu’il y a un coeur
qui va dire Non?
 
Dans le lait d’une mère,
est-ce qu’il y’a une caste,
sur l’épaule de Dieu,
il n’y a aucune autorité.
 
Le soleil qui se lève,
chaque jour n’a pas d’orgueil,
la lune qui brille de ses rayons,
dans le ciel n’a pas de fierté.
 
Sur la vallée qui descend,
Souffle comme un vent fort,
sur le sommet un vent léger,
on ne voit pas de différence,
parmi le vent.
 
Le goût de l’eau du torrent,
le goût de la rivière,
en en regardant la qualité,
n’étanche pas la soif,
comme l’eau pur.
 
Le repas qui apaise la faim,
ne voit pas le nom de la caste,
les fleurs qui rend l’odeur,
n’embaume pas le lien des religions.
 
Bien qu’ayant étudié et étant diplômé,
l’homme qui tombe dans le puit,
regarde les choses avec la raison d’être
des libertins.
 
Les idées noires ressassées
Dans la tête remplit comme un sac,
votre cerveau illumine avec la lumière,
et mets à part l’indifférence.
 
Nous sommes les enfants
d’une mère,
nous ne devons pas rester inutile,
nous ne devons pas lutter
pour les castes, la religion,
faire des émeutes et mourir.
 
De quelqu’un qui se moque,
nous devons lui dire,
Qu’il n’y a pas d’inégalité,
nous faisons éloge à Dieu,
tous ensemble.
 
Le compromis et l’ententement
nous le chanterons avec réjouissance,
dans ce monde pour toujours!!!!!!
 
 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s